Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for avril 2015

Arlette Albert-Birot, « Découvrir C. Tarkos », dans le CD-Rom De la Transmission : forme et discours, Université d’Alacant, partenaire de Traverses, 2006, repris dans Arlette Albert-Birot et Traverses, sous la direction de Montserrat Prudon, Traverses, 2011, 150 p., p. 129-138. Christophe Tarkos LA DÉFERLANTE TARKOS Christophe Tarkos est né à Marseille en 1964, il faut attendre 1995 pour qu’il publie[1], mais à partir de cette date, on peut parler de véritable déferlante. En 1997, il fonde avec Katalin Molnar Poézi prolétèr. Tarkos est reconnu sur-le-champ[2], par ses pairs (c’est un honneur pour le CNL d’avoir soutenu toutes ses publications), par le public qui se presse pour l’entendre, par France Culture qui aime l’inviter, et par des éditeurs valeureux[3]. Pas moins de treize publications importantes se succèdent rapidement[4]. Mais, le 29 novembre 2004, Tarkos disparaît, victime d’une grave maladie qui entraîne la dégénérescence du cerveau. Donc, il lui aura été accordé environ dix ans d’écriture, dix ans de « fabrication de poèmes ». Dix ans pour rencontrer ceux qui l’admirent dans de grandes ou de minuscules manifestations poétiques en France et à l’étranger. Dix ans où il est derechef intégré dans le groupe des Molnar, Prigent, Heidsieck, Blaine, Hubaut, Cahen, Pennequin, Métail, Pey…, dans les parages de tous ceux qui affrontent le langage, le modèlent à leurs exigences pour lui faire dire plus.


[1] L’Oiseau vole, L’Évidence.
[2] En février 1997, Monique Dorsel lit, à la librairie-galerie Touzot, Aux trente-deux vents de Pierre Albert-Birot que Rougerie vient de rééditer. Après la lecture, Tarkos rencontre Monique qui l’invite aussitôt au Théâtre-Poème de Bruxelles.
[3] Petits éditeurs variés de 1995 à 2000, revues Nioques, Java, Action poétique, Doc(k)s, Sapriphage, Les étoiles et les cochons, Arbre à lettres, Quaderno… Al Dante de 1996 à 2000, P.O.L. de 1998 à 2001. Sans oublier, en 2001, Expressif, le petit bidon, éd. Cactus, grâce à qui nous possédons un précieux CD où Tarkos, avec son rythme et sa voix inimitable improvise ou lit 16 textes.
[4] Oui, 1996, Le Bâton, 1998, La Cage, 1999, L’Argent, 1999, Ma langue, 2000 chez Al Dante, Caisses, 1998, Le Signe =, 1999, Pan, 2000, Anachronismes, 2001, chez P.O.L.
Publicités

Read Full Post »